Aller au contenu principal

Les Sœurs Chevalme

Sœurs jumelles plasticiennes, Delphine et Elodie Chevalme conduiront les participants au CLéA 2020-2022 à la (re)découverte du patrimoine industriel du territoire. Grâce à des techniques liées à l’eau (cyanotype, photogramme, teinture sur tissu, papier marbré…) et à un bleu de travail, petits et grands réinventeront ensemble une nouvelle histoire.

Les soeurs chevalme

Leur projet CLéA 2020-2022 : Blouses de l’industrie

Avec les habitants de la vallée de la Seine, Delphine et Elodie souhaitent investir le patrimoine industriel du territoire qui y occupe une place importante. Marqueur temporel encore bien présent, tant sous une forme passée que sous une forme actuelle, cette histoire ouvrière longue de plus d’un siècle et demi croise, selon elles, deux autres histoires : celle de l’urbanisation et celle de l’immigration, celle des villes et des Hommes, avec comme fil conducteur le fleuve.

Immersion et recherches dans ce passé, leur projet s’appuiera sur le recueil et la mise en forme des récits des habitants. La photographie sous ses formes analogiques et numériques sera l’outil privilégié pour faire de « Blouses de l’industrie » un voyage dans les champs de l’intime et du sensible mais aussi pour produire une œuvre collective, dont le porte-étendard sera la blouse, le fameux bleu de travail.

Quoi de mieux qu’un vêtement pour tisser les histoires d’hommes et de femmes, qui réunies, constitueront une mémoire vivante et nouvelle !

Présentation du collectif Les Sœurs Chevalme

Nées en 1981, Delphine et Elodie Chevalme ont grandi à Achères et à Vernouillet. Leurs années lycéennes ont eu pour cadre le lycée Le Corbusier de Poissy. Elles sont en quelque sorte des enfants de la Vallée de la Seine, même si une fois le baccalauréat obtenu, elles se sont rapprochées de Paris et de sa petite couronne.

Sœurs jumelles et plasticiennes, c’est l’identité et l’Histoire qui sont au cœur de leur réflexion plastique. À travers elle, elles ont pris de la distance avec ce qu’elles connaissaient le mieux : le dessin et la culture française. Plutôt que d’être spécialistes d’une technique et de travailler sur un seul territoire, elles sont devenues « mobiles ». C’est par la circulation géographique et plastique que leurs projets se construisent. Des mouvements inhérents à leur pratique, leurs œuvres sont devenues protéiformes intégrant une large palette de médium : dessin, peinture, gravure, photographie, installation...

Leur travail a été découvert en 2011 lors du Salon d’art contemporain de Montrouge. Depuis, elles mènent des projets à cheval entre différents continents, qui font l’objet d’expositions en France et à l’international.

A vos agendas !

Des réunions territoriales seront prochainement organisées afin de rencontrer et d’échanger avec les artistes sur leur projet CLéA 2020-2022.

Les inscriptions pour le CLéA 2020-2022 sont ouvertes jusqu'au 13 novembre 2020. Vous pouvez vous inscrire en ligne en complétant ce formulaire.

Et pour ne rien rater de l'actualité du CLéA sur le territoire, rendez-vous sur Facebook !